Petit guide de la séance voix off de rêve

Tout savoir pour une séance voix off sans accroc

séance voix offAmis clients, cet article est pour vous. Et collègues voix off, pour vous aussi – savoir ce qui se passe de l’autre côté ne peut que vous être bénéfique, non ?
Une séance voix off, qu’elle se passe en studio ou à distance, peut être une joie… ou un cauchemar. Pour faire les bons choix, suivez le guide !

D’abord : choisir la bonne voix

Je sais, ça paraît évident… mais c’est quoi exactement, la BONNE voix ? Vous seriez surpris du nombre de clients à la recherche d’une voix off qui, en s’adressant à un directeur de casting ou un agent, ne savent pas ce qu’ils veulent. Ou plutôt, il savent, mais ils ne peuvent l’exprimer. Bien sûr, ils savent s’ils veulent une voix homme ou femme, jeune ou… avec plus de vécu, mais au-delà, c’est genre David Hamilton : le flou artistique.
Ça se comprend. En l’absence de critères prédéfinis, spécifiques et avec une subjectivité inhérente, il est extrêmement difficile pour un non-spécialiste de spécifier les émotions qu’il veut faire vivre avec son script, et donc, le type de voix qui le lira.
Et pourtant, trouver LA voix qui véhiculera parfaitement le message que vous cherchez à faire passer est essentiel. Alors, on fait quoi ?

Vous êtes vraiment sûr de votre choix ?
Vous payez des cacahouètes, vous avez des singes (expression anglaise). Rendez-vous service : bookez un comédien voix off professionnel, avec des démos professionnelles, un site internet professionnel, une attitude professionnelle… et des prix professionnels.
Je vais être brutalement franc : quelqu’un prêt à faire une séance voix off pour un spot TV pour 100 € droits d’exploitation inclus est forcément désespéré – et forcément médiocre. Et je suis sûr que vous, et votre client, ne voulez pas médiocre, ne voulez même pas OK… Vous voulez formidable, époustouflant, grandiose, épique. Et ça, ça a un prix.
Assurez-vous que le comédien que vous allez engager est capable de faire ce que vous attendez de lui. D’où l’intérêt de non seulement écouter les démos, les échantillons de portfolio, mais aussi de visiter le site web des comédiens présélectionnés. Vous vous éviterez ainsi des surprises – qui peuvent être parfois bonnes, parfois… moins bonnes.

Top pro, disponible immédiatement et bon marché ?
Soyez clair avec vous-même quant à vos attentes, en termes de qualité mais aussi de disponibilité. Si vous avez besoin d’un script enregistré dans la même journée, dites-le dès le début, et soyez préparé à devoir vous contenter d’un comédien qui sera disponible, et à oublier votre premier choix.
Si vous êtes fixé sur votre choix de comédien, soyez prêt à être flexible sur la date de l’enregistrement, et/ou votre budget. Vouloir Bruce Springsteen/Céline Dion/Adèle/Johnny (barrer les mentions inutiles) dans l’après-midi pour cent euros, vous pouvez toujours essayer, mais je ne vous garantis rien !

Le script : les détails qui tuent

Tout d’abord, une évidence : sans script, point de séance
Le script est la pierre angulaire de votre projet. J’y ai consacré l’article Touche Pas à Mon Script que je vous invite, particulièrement vous mes chers collègues voix off, à lire avec attention – le script, c’est sacré. Vraiment.

citation script.Autre évidence : le script doit être écrit pour être entendu et non lu, fluide, et pas trop dense. 150 mots/mn est le débit normal, si vous voulez laisser le script respirer, tablez sur 120 mots/mn.

Maintenant, moins évident : sa présentation est cruciale
Pourquoi ? Essayez de donner à un comédien voix off un script en Times 10, interlignage simple, photocopié et rephotocopié, formaté en colonnes de 2 cm de large, ou dans des cellules en Excel… Vous accroissez considérablement le risque d’erreurs parce que c’est tout simplement assez illisible !
Résultat, si vous êtes en studio et que vous payez le comédien – et le studio ainsi que le DA – à l’heure, votre séance voix off va vous coûter beaucoup plus cher.
Si vous envoyez le script à un comédien pour qu’il l’enregistre dans son studio, ce n’est pas la meilleure façon de construire une bonne entente entre vous et lui. Essayez de formater votre script en Helvetica (ou police de caractères sans-sérif similaire) 14 points minimum avec un interlignage de 1.5, vous verrez immédiatement la différence – et un sourire sur tous les visages !

La numérotation
Vous donnez au comédien un script de quelques pages. Ce script est posé sur la table de la cabine quand, pour une raison ou une autre, il tombe. Et là (selon l’expression consacrée)… c’est le drame. C’est le drame, s’il n’est pas numéroté.
Le temps perdu à le remettre en ordre, la frustration… alors qu’il aurait été aussi simple de numéroter les pages et d’éliminer à la source des désagréments si facilement évitables.

Autre détail qui compte : chaque page devrait idéalement se terminer par une phrase finie. Ça rend la vie plus facile pour tout le monde.

Le timecode
Vous travaillez sur images (film ou motion design sur lequel la voix sera calée), c’est un ÉNORME plus de faire figurer le timecode sur le script, au moins en début et en fin de paragraphe et ce, pour de multiples timecoderaisons :
– d’abord, ça permet au comédien de savoir combien de temps il a pour chaque section,
– et si vous travaillez en studio, le timecode permet aussi à l’ingénieur du son de savoir où il est dans le film (surtout s’il travaille avec une langue étrangère…)

Bref, ça fait gagner du temps à tout le monde, et c’est bien connu, le temps, c’est de l’argent. Votre argent.
Un bémol : si le timecode peut être un bon ami, ça peut aussi être une peste quand il n’est pas exact !

Planifiez votre séance
Toujours au sujet du script : nous courons tous après le temps et tout est toujours pour hier, mais faites votre possible pour faire parvenir le script au comédien avant la dernière seconde – la veille de la séance voix off, ou avant si possible.
Certains comédiens ont un talent surnaturel pour lire un script sans préparation comme s’ils avaient grandi avec, mais la plupart sont simplement humains et vous les aiderez à vous aider en leur laissant un peu de temps pour préparer leur séance.

Préparer sa séance voix off, c’est aussi...

Être le plus clair possible
Le métier de voix off est de paraître être un expert dans tous les domaines pour lesquels il prête sa voix, mais les comédiens ne sont pas omniscients !
Pour tous les termes spécialisés, les noms de famille qui pourraient se prononcer de différentes façons, les acronymes (on le dit comme un mot ou on épelle les lettres ?), les mots en langue étrangère, bref, tout ce qui peut prêter à confusion, le mieux est de donner des fichiers audio avec la prononciation correcte au comédien, ou au moins un guide de prononciation.

Travailler en équipe
ingénieur sonSi vous êtes dans le même studio que le comédien avec un ingé son, demandez-lui son avis. Ces professionnels du son font ça à longueur de journée et ont des oreilles bioniques. Et deux avis valent mieux qu’un.
Bien sûr, vous êtes le chef d’orchestre et le comédien doit vous suivre, comme je le développe dans mon article Une Question d’Organe. Mais après avoir reçu la performance que vous vouliez de la part du comédien, demandez-lui s’il a une vision différente du script qu’il aimerait enregistrer. Il vous donnera peut-être une interprétation à laquelle vous n’aviez pas songé.

Et enfin…
Quelque chose qui paraît tellement évident et qui, par expérience, ne l’est pas.Assurez-vous que le script donné au comédien est le même que le vôtre – et qu’il s’agit de la version finale, approuvée, signée par le client. Sinon, c’est reparti pour un tour, avec les coûts supplémentaires et la frustration que ça comporte.

Merci d’avoir lu cet article et si vous l’avez trouvé intéressant, pensez à le partager avec vos amis et vos collègues !

N’hésitez pas à partager ici votre expérience et à laisser vos commentaires, vos suggestions ou vos questions. Ne vous retenez pas, je ferai de mon mieux pour y répondre.